White Nose Syndrome Regional OutlookSYNDROME DU MUSEAU BLANC DE LA CHAUVE-SOURIS – APERÇU RÉGIONAL

MENU :     OverviewAperçu | ReportsRapports | MapsCartes | Regional OutlookAperçu régional | ResourcesRessources | Bats Astray | InstructionsDirectives | Contact UsNous joindre

ONTARIO

Bat with white muzzle characteristic of white nose syndrome

The first occurrence of white nose syndrome in bats in Ontario was confirmed in the winter of 2009-2010 in the Bancroft-Minden area, about 200 km west of Ottawa. There is no associated human health risk; however the syndrome has been linked to the deaths of a number of bats in Ontario and has had devastating effects on bat populations in hibernacula in the eastern US.

The Canadian Wildlife Health Cooperative (CWHC)  is working with The Ontario Ministry of Natural Resources to monitor caves and abandoned mines where bats hibernate and identify any further occurrences.

White nose syndrome is a new condition that was first recognized in bats in New York State in the winter of 2006. The name of the disease refers to a ring of white fungus around the muzzles and elsewhere on the bodies of affected bats. The cause of this disease is not fully understood, but it is associated with the growth on the bats of a particular species of fungus: Pseudogymnoascus destructans which occurs during hibernation.

Bat with spot of fungal growth on nose and smaller spots on wing folds

The disease, which was first discovered in 2006 in a cave near Albany, New York, has been associated with the death of 5.6 to 6.7 million bats in North America.

 "It's a very significant threat," said John Dungavell, a wildlife health policy advisor with Ontario's Ministry of Natural Resources. Dungavell said the disease may be transferred by physical contact among the bats, as well as carried by humans to various hibernation sites.  The impact of the disease and how quickly it spreads can't be underestimated. Within 2 years, a site in New York, with the largest colony of Little Brown Bats in the world, dwindled from 200,000 to just 3000 bats.

The fungus Pseudogymnoascus destructans collected from an affected bat"In terms of assessing the impact here in Canada, we have to look to the U.S.," said Dungavell, adding the mortality rate in the U.S. has been 80 to 99 per cent amongst infected bat caves. Dungavell stressed the importance of bats to wildlife diversity, as they contribute to insect population management.

The fungus is steadily moving west in Ontario and was found as far west as Terrace Bay, about 100 km east of Thunder Bay, on the shores of Lake Superior in 2014.

CWHC and MNR encourage the public to stay away from caves and to report any unusual bat mortality by calling 1-866-673-4781. The ministry is also advising the public not to touch any bats, as a small percentage carry rabies.

 

For more information about the disease in Ontario, please check the following websites.

Ontario Ministry of Natural Resources WNS Update Page:

https://www.ontario.ca/environment-and-energy/white-nose-syndrome-bats

To learn more about White Nose Syndrome in general, please consult the following:

National Speleological Society
PDF http://www.caves.org/WNS/WNS%20Brochure%20March%202010%20Final.pdf

National Wildlife Health Centre, USGS
PDF http://www.nwhc.usgs.gov/publications/fact_sheets/pdfs/2009-3058_investigating_wns.pdf

QUEBEC

Bat with white muzzle characteristic of white nose syndromeWhite-nose syndrome (WNS) is an emerging disease affecting bats in North America. It was first discovered in 2006 in a cave near Albany, New York, and since then, it has spread throughout north-eastern United States and Canada. WNS is caused by a fungus Pseudogymnoascus destructans that grows in hibernacula during winter. Bats affected by the fungus awake more frequently from hibernation, which quickly reduces their energy reserves and lead them to die of exhaustion. Since its emergence in North America, WNS has killed between 5,7 and 6,7 million bats in the north-eastern U.S. and Canada.

The first occurrence of WNS in the province of Quebec was confirmed in March 2010 at the Caverne Laflèche in the Outaouais region. In 2013, WNS was documented throughout the west of the province, and was also found in Chibougamau in the North. No observation of WNS has yet been reported in the regions of Bas-Saint-Laurent, and Côte-Nord. The population declines have been drastic in several hibernacula in the province that sheltered populations of thousands of bats during the winter. Today, there are on average less than thirty bats per site and, in some cases, they have all disappeared.

The Ministère du Forêts, Faune et Parcs (MFFP) is very concerned about the consequences of WNS on bat populations. Since the discovery of WNS in United-States, the MFFP has been monitoring bat hibernacula to evaluate spring mortality and document the spread of the disease throughout the province. Communication tools and a guide to biosecurity and decontamination measures when visiting caves or mines have been produced to help slow the spread of WNS and increase public awareness about this issue. Acoustic surveys of bats and population counts at maternal colonies are also conducted during the summer to better monitor population trends.

The MFFP is seeking the collaboration of citizens to monitor bat population in the province. Citizens are invited to report observations of day-flying or dead bats between November and May by calling 1 877 346-6763. The public is also asked to help the MFFP to locate maternal colonies of bats during summer by filling a form available at http://www.mffp.gouv.qc.ca/faune/sante-maladies/syndrome-chauve-souris.jspThe ministry is also advising the public not to touch bats, as a small percentage may carry rabies.

 For more information about bats and the disease in Quebec please check the following website:
MDDEFP
http://www.mffp.gouv.qc.ca/faune/sante-maladies/syndrome-chauve-souris.jspATLANTIC Bat with white muzzle and wing characteristic of white nose syndrome - Photo: Karen Vanderwolf

White-nose Syndrome (WNS) was first discovered in Atlantic Canada in March of 2011 in both New Brunswick (in a cave in Albert County near Moncton) and Nova Scotia (diagnosed in a day-flying bat near Brooklyn, Hants Co.). Since then, it has been documented within eight counties in New Brunswick, seven in Nova Scotia, and all three counties of Prince Edward Island (PEI).

In early February 2013, a dead bat was found in the Bonshaw area, west of Charlottetown, PEI, and diagnosed with WNS. Until this discovery, it was not known that bats over-wintered on PEI. The public is therefore crucial in contributing to WNS surveillance efforts within Canada and are asked to report any day-flying or dead bats that are found to the CWHC. Day-flying during the winter is considered to be an abnormal behavior exhibited by bats and may be indicative of the presence of an infected hibernaculum nearby.

Researchers counting bats in New Brunswick cave - Photo: Karen Vanderwolf Areas within Atlantic Canada are experiencing up to a 99% drop in their overwintering populations. Since these declines are so drastic, and the fungus is spreading quickly, we also ask that the public refrain from entering caves and abandoned mines. Not only could the fungus spread across the landscape more quickly, the disturbance to hibernating bats could be very detrimental to their health. Bats naturally rouse a few times during the winter to drink, however the frequent presence of humans will increase these arousals, and deplete the energetic resources required for bats to survive the entire winter season.

 

 

 

 

For more information about WNS, to report day-flying, sick or dead bats, or to report locations of summer or winter roosts, please contact the appropriate wildlife official in your area.

New Brunswick:
Karen Vanderwolf
Research Associate,
New Brunswick Museum, Saint John, NB
(506) 643-7280
karen.vanderwolf@nbm-mnb.ca

Nova Scotia:
Call 1-866-727-3447 (toll-free) or go online to www.batconservation.ca
Contacts for NS Natural Resources regional office:
www.novascotia.ca/natr

Prince Edward Island:
Gary Gregory
Wildlife Management Biologist
Forests, Fish and Wildlife Division
(902) 569-7595

Scott McBurney
Wildlife Pathologist
Canadian Wildlife Health Cooperative, Atlantic Region
(902) 566-0959

Newfoundland and Labrador:
Shelley Pardy
Senior Manager
Endangered Species and BiodiversityWildlife Division
(709) 637-20128

*Photos Courtesy of Karen Vanderwolf

ONTARIO

Bat with white muzzle characteristic of white nose syndrome

La première occurrence du syndrome du museau blanc de la chauve-souris a été confirmée en Ontario au cours de l’hiver 2009-2010, dans la région de Bancroft-Minden, environ 200 km à l’ouest d’Ottawa. Bien que ce syndrome n’ait été associé à aucun risque pour la santé des humains, il a été relié à la mortalité d’un certain nombre de chauves-souris en Ontario. Il a aussi eu des effets dévastateurs sur les populations des hibernacles de chauves-souris à l’Est des États-Unis.
En collaboration avec le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario, le Réseau canadien de la santé de la faune (RCSF) surveille les cavernes et les mines abandonnées qui servent d’hibernacles aux chauves-souris en vue d’identifier toute nouvelle occurrence de la maladie.

Le syndrome du museau blanc est une nouvelle condition qui a d’abord été reconnue chez des chauves-souris dans l’état de New York, à l’hiver 2006. Le nom de la maladie réfère à l’anneau de fungus blanc observé autour du museau et ailleurs sur le corps des chauves-souris affectées. On ne comprend pas vraiment la cause de cette maladie. Celle-ci est toutefois souvent associée à la croissance de l’espèce de fungus Pseudogymnoascus destructans pendant l’hibernation.

Cette maladie a d’abord été découverte en 2006 dans une caverne près d’Albany, New York. Elle a ensuite été associée à la mortalité de 5,6 à 6,7 millions de chauves-souris en Amérique du Nord.

« Il s’agit d’une menace très significative » déclarait John Dungavell, un consultant en politiques de santé de la faune au ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario. Selon lui, la maladie peut se propager par contact physique entres les chauves-souris. Elle peut aussi être transmise d’un hibernacle à l’autre par des humains. On ne peut sous-estimer l’impact négatif de cette maladie ou sa vitesse de propagation. Ainsi, dans le site de l’état de New York où on retrouvait la plus grande colonie de petites chauves-souris brunes au monde, la population est passée de 200 000 à 3 000 après seulement deux ans.

« Pour évaluer l’impact de la maladie au Canada, il faut observer la situation qui prévaut aux États-Unis » affirmait Dungavell. Selon lui, le taux de mortalité se situait entre 80 % et 99 % dans les caves des ÉU où on retrouve des chauves-souris infectées. Dungavell insiste sur l’importance des chauves-souris pour assurer la diversité de la faune puisque celles-ci contribuent à la gestion des populations d’insectes.

Le fungus continue à se déplacer vers l’ouest de l’Ontario. On l’a retrouvé jusqu’à Terrace Bay, à environ 100 km à l’est de Thunder Bay, sur les rives du Lac Supérieur en 2014.

Le RCSF et le MRNF encouragent le public à ne pas s’approcher des cavernes et à rapporter toute mortalité inhabituelle de chauves-souris en appelant au 1-866-673-4781. Le ministère conseille au public de ne pas toucher aux chauves-souris puisqu’un faible pourcentage d’entre elles peuvent être porteuses de la rage.
Pour de plus amples renseignements sur le syndrome du museau blanc en Ontario, veuillez consulter les sites web suivants :

Page du Ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario sur le syndrome du museau blanc :

https://www.ontario.ca/environment-and-energy/white-nose-syndrome-bats

Pour vous renseigner davantage sur le syndrome du museau blanc en général, veuillez consulter les sites web suivants :

National Speleological Society
PDF http://www.caves.org/WNS/WNS%20Brochure%20March%202010%20Final.pdf

National Wildlife Health Centre, USGS
PDF http://www.nwhc.usgs.gov/publications/fact_sheets/pdfs/2009-3058_investigating_wns.pdf

QUÉBEC

Bat with white muzzle characteristic of white nose syndromeLe syndrome du museau blanc est une maladie émergente qui affecte les chauves-souris en Amérique du Nord. Après avoir été découverte en 2006 dans une caverne près d’Albany, dans l’état de New York, cette maladie s’est propagée au nord-est des États-Unis et au Canada. Le syndrome du museau blanc est causé par le fungus Pseudogymnoascus destructans qui croît dans les hibernacles au cours de l’hiver. Les chauves-souris infectées se réveillent plus fréquemment pendant l’hibernation : elles épuisent donc plus rapidement leurs réserves d’énergie et finissent par succomber à un épuisement. Depuis son émergence en Amérique du Nord, le syndrome du museau blanc a provoqué la mort de 5,7 à 6,7 millions de chauves-souris au nord-est des États-Unis et au Canada.

La première occurrence du syndrome du museau blanc de la chauve-souris au Québec a été confirmée à la Caverne Laflèche, dans la région de l’Outaouais, en mars 2010. La maladie a ensuite été documentée dans l’ouest de la province en 2013. Celle-ci a aussi été observée plus au nord, à Chibougamau. Aucune occurrence du syndrome du museau blanc n’a encore été rapportée dans les régions du Bas-Saint-Laurent et de la Côte-Nord. On a observé un déclin draconien de la population dans plusieurs hibernacles de la province qui abritent des milliers de chauves-souris pendant l’hiver. À l’heure actuelle, on compte en moyenne moins de trente (30) chauves-souris par site ; celles-ci ont même disparu complètement à certains endroits.

Le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP) du Québec s’inquiète énormément des impacts de ce syndrome sur les populations de chauves-souris. Le MFFP surveille les hibernacles de chauves-souris depuis la découverte du syndrome aux États-Unis en vue d’évaluer la mortalité printanière. Il documente également la propagation de la maladie dans la province. Pour tenter de ralentir la propagation du syndrome tout en augmentant la sensibilisation du public à cette maladie, le ministère a développé des outils de communication et un guide de biosécurité incluant des mesures de décontamination suite à une visite de cavernes ou de mines abandonnées. Le ministère mène aussi des enquêtes acoustiques et effectue un décompte des chauves-souris dans les colonies maternelles au cours de l’été en vue de mieux surveiller les tendances des populations de chauves-souris.

Le MFFP demande la collaboration des citoyens pour la surveillance des populations de chauves-souris dans la province. Les citoyens sont invités à appeler au numéro 1 877 346-6763 pour rapporter les chauves-souris observées en vol pendant la journée ou retrouvées mortes entre novembre et mai. Le MFFP demande aussi l’aide du public quant à la localisation des colonies maternelles de chauves-souris pendant l’été. On peut remplir le formulaire disponible à l’adresse http://www.mffp.gouv.qc.ca/faune/sante-maladies/syndrome-chauve-souris.jsp. Le ministère conseille de ne jamais toucher à une chauve-souris à mains nues puisqu’un faible pourcentage d’entre elles peuvent être porteuses de la rage.

Pour de plus amples renseignements sur le syndrome du museau blanc de la chauve-souris au Québec veuillez consulter le site web suivant : http://www.mffp.gouv.qc.ca/faune/sante-maladies/syndrome-chauve-souris.jsp

ATLANTIQUE

Bat with white muzzle and wing characteristic of white nose syndrome - Photo: Karen Vanderwolf

Le syndrome du museau blanc a été découvert pour la première fois au Canada atlantique en mars 2011, à la fois au Nouveau-Brunswick (dans une caverne d’Albert County, près de Moncton) et en Nouvelle-Écosse (il a été diagnostiqué chez des chauves-souris observées en vol pendant la journée près de Brooklyn, Hants Co.). Ce syndrome a ensuite été documenté dans huit (8) comtés du Nouveau-Brunswick, sept (7) de la Nouvelle-Écosse et trois (3) de l’Île-du-Prince-Édouard.

Le syndrome du museau blanc a été diagnostiqué chez une chauve-souris retrouvée morte dans la région de Bonshaw, à l’ouest de Charlottetown, ÎPE, au début de février 2013. Au moment de cette découverte, on ignorait que les chauves-souris passaient l’hiver à l’ÎPE. C’est pourquoi il est essentiel que le public contribue aux efforts de surveillance du syndrome du museau blanc au Canada. On demande de rapporter toute chauve-souris observée en vol pendant la journée (il s’agit d’un comportement anormal chez la chauve-souris pendant l’hiver) ou retrouvée morte au centre régional du RCSF. Cela peut en effet indiquer la présence d’un hibernacle infecté dans les environs.

Researchers counting bats in New Brunswick cave - Photo: Karen VanderwolfDans certaines régions du Canada atlantique, on a observé un déclin des populations pouvant atteindre jusqu’à 99 % dans les hibernacles de chauves-souris. Compte tenu de ce déclin draconien et de la propagation rapide du fungus, on conseille au public de ne pas pénétrer dans les cavernes ou les mines abandonnées. Cela pourrait en effet entraîner une propagation plus rapide du fungus ainsi qu’une perturbation de l’hibernacle pouvant être très néfastes pour la santé des chauves-souris. Les chauves-souris se réveillent naturellement à quelques reprises pendant l’hiver pour boire. Les visites fréquentes des humains dans les hibernacles augmentent le nombre de réveils ; les chauves-souris épuisent alors leurs réserves énergétiques avant la fin de la saison hivernale.

 

 

 

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le syndrome du museau blanc ou rapporter des chauves-souris observées en vol pendant la journée ou retrouvées mortes ou malades ou encore indiquer l’emplacement d’habitats estivaux ou hivernaux de chauves-souris, veuillez communiquer avec l’agent de la faune responsable dans votre région.

 

Nouveau-Brunswick :
Karen Vanderwolf
Associée de recherche
New Brunswick Museum, Saint John, NB
(506) 643-7280
karen.vanderwolf@nbm-mnb.ca

Nouvelle-Écosse : 
Téléphonez au 1-866-727-3447 (ligne sans frais) ou visitez le site web  www.batconservation.ca 
Visitez le site web du ministère des Ressources naturelles de la Nouvelle-Écosse :
www.novascotia.ca/natr

Île-du-Prince-Édouard :
Gary Gregory
Biologiste en gestion de la faune
Forests, Fish and Wildlife Division
(902) 569-7595

Scott McBurney
Pathologiste de la faune
Réseau canadien de la santé de la faune, Région de l’Atlantique
(902) 566-0959

Terre-Neuve et Labrador :
Shelley Pardy
Gestionnaire principale
Endangered Species and Biodiversity Wildlife Division
(709) 637-20128

*Les photos sont une gracieuseté de Karen Vanderwolf